Vous reprendrez bien du clone ? (Non merci, sans façon)

Publié le par Loussaille

       Vous savez peut-être qu'aux USA, l'étiquetage des produits contenant des OGM n'est pas obligatoire. S'il n'est donc pas spécifié "GMO-free", c'est soit qu'il y en a, soit que personne ne peut vous garantir qu'il n'y en a pas. Et bien, bientôt ça sera pareil pour les aliments contenant des produits issus du clonage    (si, si, vous avez bien lu).


       La FDA, c'est-à-dire la Food and Drug Administration américaine, vient d’autoriser la mise sur le marché de viande et de lait issus de clones et de rejetons de clones. Même si techniquement, les clones sont encore loin d’envahir les rayons produits laitiers et boucherie de vos supermarchés, les étiquettes du genre « clone-free », ce qui veut dire « sans organisme issus du clonage » ne vont pas tarder à fleurir. Par exemple, Ben & Jerry, la célèbre marque de glaces qui proclame déjà que son lait ne contient pas d’hormone de croissance, se fait déjà de la pub en disant qu’il est également clone-free (ce qui est, pour l’instant, aussi profond que de dire que l’eau contient 0 calorie, on s’en serait doutés). Rien de ce qui peut donner à leur magma hyper-calorique et hyper-rentable une image de produit alimentaire santé n’est laissé de côté.

       A l’inverse, les aliments contenant des organismes issus du clonage NE feront PAS l’objet d’étiquetage. C’est le même principe que les OGM, du moins en Amérique du Nord : s’il n’y a pas écrit sur l’emballage « GMO-free » (vous l’aurez deviné, ça veut dire « sans OGM »), c’est qu’il y a nécessairement des OGM, surtout, bien entendu, dans les produits lactés et carnés car avec quoi sont nourris les animaux et notamment les bovins si ce n’est avec du fourrage riche en OGM ? Avec des farines animales issues du clonage ? Pas encore mais, ça ne saurait tarder… La FDA et la Biotechnology Industry Organization déclarent que l’étiquetage n’est pas nécessaire. Cela veut dire, en langue de bois, que l’étiquetage est économiquement préjudiciable. En réalité, comme le reconnaît honnêtement l’International Dairy Foods Association, si l’étiquetage était imposé, les entreprises vendant du clone verraient leurs ventes baisser d’environ 15%.

        C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé quand l’étiquetage des acides gras « trans » (ou trans fat en anglais) a été rendu obligatoire. Grâce à la prise de conscience collective qui a suivi l’étiquetage, ceux-ci sont bannis par l’Etat de New York, d’abord dans les restaurants, y compris les fast foods, et bientôt dans les aliments vendus en épicerie.

        A quand une levée de drapeaux conséquente pour l’étiquetage des produits contenant des OGM et des organismes issus du clonage ? Quand la FDA tiendra-t-elle compte de l’avis (pas favorable du tout) de 2/3 des américains et ¾ des américaines ?

 

 

 

Quelques liens utiles :
le rapport préliminaire de la FDA : http://www.fda.gov/cvm/CloneRiskAssessment.htm

http://www.msnbc.msn.com/id/16383458/

http://www.fresnobee.com/201/story/22086.html

deux articles de la newsletter Vital Votes : http://www.mercola.com/2007/jan/9/can-you-avoid-cloned-meats.htm

http://www.mercola.com/2007/jan/20/clone-free-food-labeling-may-soon-be-a-reality-at-your-grocery-store.htm

un article du Los Angeles Times : http://www.latimes.com/news/nationworld/nation/la-sci-clones23dec23,0,4054324.story?coll=la-home-headlines,0,4054324.story?coll=la-home-headlines

un article du Washington post : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/12/24/AR2006122400561.html?nav=rss_technology"

Soyez sur vos gardes, pour que ça n'arrive pas en France... Car malgré la couverture de cette info aux USA, j'ai l'impression que cette énormité est passée quasi inaperçue du grand public...

Publié dans Manger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article